Salam For Yemen

Joint statement by 59 NGOs on the ceasefire in Yemen

JOINT STATEMENT BY 59 NONGOVERNMENTAL ORGANIZATIONS

ON THE ANNOUNCEMENT OF A TEMPORARY CEASEFIRE IN YEMEN

09 April 2020

Over five years of brutal war in Yemen have left millions of Yemenis weakened by malnutrition and disease, and decimated Yemen’s health system.  The imminent threat of COVID-19 will exacerbate an already dire humanitarian situation: 80 percent of the population is in need of humanitarian assistance, the majority of whom are women and children; two-thirds of the country lacks adequate access to clean water and sanitation; millions are living on the brink of starvation; nearly 20 million people lack access to adequate healthcare; and cholera, dengue, and other preventable diseases are already rife. These factors create an environment dangerously conducive to the severe and rapid spread of the COVID-19 virus, threatening countless civilian lives.

Especially in light of this extraordinary threat, we, the undersigned NGOs, cautiously welcome the announcement by the Kingdom of Saudi Arabia of a temporary cessation of hostilities in YemenWe urge all parties to the conflict in Yemen to immediately halt fighting, to implement a ceasefire on the ground without delay, to release all detainees and those forcibly disappeared, and to work with the UN Special Envoy to urgently restart comprehensive and inclusive political negotiations to end the conflict.

A ceasefire alone cannot stop the spread of COVID-19 in Yemen.  All parties must immediately lift restrictions and end interference with vital humanitarian operations; ensure immediate access to populations in need; facilitate the movement of humanitarian workers and goods and of commercial imports; and end blockades and other actions and policies that prevent or restrict essential commercial imports into Yemen, to maintain the humanitarian response for the millions of Yemenis who need aid to survive, and to support Yemenis’ economic livelihood. Yemeni civil society must also be supported to continue their essential role in responding to the crisis. Simultaneously, the international community must ramp up funding for the full range of humanitarian programming in Yemen. Amid this global pandemic, any suspension of life-saving assistance for Yemen, or politicization of humanitarian access and funding, will leave Yemen’s already vulnerable civilian population at heightened risk.

A cessation of hostilities in Yemen can only be a first step. Yemenis need a durable ceasefire, a comprehensive and inclusive political settlement to the current conflict, unencumbered access to humanitarian aid and commercial imports, and accountability for the violations all sides have committed during this war.  Yemen cannot wait any longer for an end to the conflict and humanitarian devastation that has ravaged the civilian population for over five years.

Signed by:

  1. ACAT-France (Action by Christians Against Torture)
  2. Action against Hunger
  3. Action Corps
  4. Alliance for Peacebuilding
  5. Alliance internationale pour la défense des droits et des libertés (AIDL)
  6. ALQST for Human Rights
  7. Avaaz
  8. Bread for the World
  9. Cairo Institute for Human Rights Studies
  10. CARE International
  11. Center for Civilians in Conflict (CIVIC)
  12. Center for International Policy
  13. Center for Policy Analysis in Horn of Africa
  14. CIVICUS
  15. Cordaid – Catholic Organisation for Relief and Development
  16. Cure Violence Global
  17. Danish Refugee Council
  18. Dhameer for Rights and Freedoms
  19. Freedom Forward
  20. Friends Committee on National Legislation
  21. Global Centre for the Responsibility to Protect
  22. Global Communities
  23. Handicap International – Humanity & Inclusion
  24. Human Rights First
  25. International Civil Society Action Network
  26. International Federation for Human Rights
  27. International Rescue Committee
  28. Islamic Relief Worldwide
  29. Karuna Center for Peacebuilding
  30. Médecins du Monde
  31. Mercy Corps
  32. Mothers of Abductees Association
  33. Musaala for Human Rights Organization
  34. Mwatana for Human Rights
  35. Norwegian Refugee Council
  36. Observatoire des armements
  37. Oxfam
  38. Pax Christi International
  39. Peace and Building Foundation
  40. Peace Direct
  41. Physicians for Human Rights
  42. Première Urgence Internationale
  43. Project on Middle East Democracy
  44. Refugees International
  45. Saferworld
  46. Salam for Yemen
  47. Search for Common Ground
  48. Solidarités International
  49. STAND: The student-led movement to end mass atrocities
  50. Students for Yemen
  51. Tearfund
  52. United Nations Association of the National Capital Area
  53. Watch for Human Rights
  54. Win Without War
  55. World Organisation Against Torture (OMCT)
  56. Yemen Relief and Reconstruction Foundation
  57. Yemen Solidarity Network
  58. Yemen Civil Alliance for Peacebuilding
  59. Yemeni Alliance Committee

Download the statement

Communiqué conjoint de 59 ONG sur le cessez le feu au Yémen

DÉCLARATION CONJOINTE DE 59 ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

SUR L’ANNONCE D’UN CESSEZ-LE-FEU TEMPORAIRE AU YÉMEN

09 Avril 2020

 

Cinq ans de guerre brutale au Yémen ont laissé des millions de civils en proie à la faim et aux maladies avec un système de santé décimé. La propagation du COVID-19 ne fera qu’aggraver cette situation humanitaire catastrophique : 80 % de la population a besoin d’une aide humanitaire, dont une majorité de femmes et d’enfants ; les deux tiers du pays ne disposent pas d’un accès convenable à l’eau potable et à l’assainissement ; des millions de personnes vivent au bord de la famine ; près de 20 millions de personnes n’ont pas accès à des soins de santé décents ; et le choléra, la dengue et d’autres maladies pourtant prévisibles sévissent déjà. Ces facteurs créent un environnement dangereusement propice à la propagation grave et rapide du virus COVID-19, menaçant d’innombrables vies civiles.

Compte tenu de cette menace extraordinaire, nous, les ONG soussignées, saluons avec prudence l’annonce par le Royaume d’Arabie saoudite d’une cessation temporaire des hostilités au Yémen.  Nous demandons instamment à toutes les parties au conflit au Yémen de cesser immédiatement les combats, d’appliquer sans délai un cessez-le-feu sur le terrain, de libérer tous les détenus et les personnes victimes de disparition forcée, et de collaborer avec l’envoyé spécial des Nations unies pour relancer d’urgence des négociations politiques globales et inclusives afin de mettre fin au conflit.

Un cessez-le-feu ne peut à lui seul arrêter la propagation du COVID-19 au Yémen. Toutes les parties au conflit doivent immédiatement lever les contraintes pesant sur les opérations humanitaires ; leur assurer un accès immédiat aux populations dans le besoin ; faciliter la circulation des travailleurs et des biens humanitaires ainsi que des importations commerciales ; et mettre fin aux blocus et autres actions et politiques empêchant les importations commerciales essentielles au Yémen. La société civile du pays doit également être soutenue pour continuer à jouer son rôle essentiel dans la réponse à la crise. Simultanément, la communauté internationale doit augmenter le financement de l’ensemble des programmes humanitaires au Yémen. Dans le contexte de cette pandémie, toute suspension de l’assistance vitale au Yémen ou toute politisation de l’accès et du financement humanitaires exposera la population civile déjà vulnérable à des risques accrus.

La cessation des hostilités au Yémen ne peut être qu’une première étape. Les Yéménites ont besoin d’un cessez-le-feu durable, d’un règlement politique, global et inclusif du conflit, d’un accès sans entrave à l’aide humanitaire et aux importations commerciales, et de la reconnaissance et de la condamnation des violations commises pendant cette guerre. Le Yémen ne peut attendre plus longtemps pour mettre un terme au conflit et à la dévastation humanitaire qui frappent la population civile depuis plus de cinq ans.

 

Signé par: 

 

  1. ACAT-France (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture)
  2. Action Contre la Faim
  3. Action Corps
  4. Alliance for Peacebuilding
  5. Alliance internationale pour la défense des droits et des libertés (AIDL)
  6. ALQST for Human Rights
  7. Avaaz
  8. Bread for the World
  9. Cairo Institute for Human Rights Studies
  10. CARE International
  11. Center for Civilians in Conflict (CIVIC)
  12. Center for International Policy
  13. Center for Policy Analysis in Horn of Africa
  14. CIVICUS
  15. Cordaid – Catholic Organisation for Relief and Development
  16. Cure Violence Global
  17. Danish Refugee Council
  18. Dhameer for Rights and Freedoms
  19. Fédération Internationale pour les Droits Humains (FIDH)
  20. Freedom Forward
  21. Friends Committee on National Legislation
  22. Global Centre for the Responsibility to Protect
  23. Global Communities
  24. Handicap International – Humanity & Inclusion
  25. Human Rights First
  26. International Civil Society Action Network
  27. International Rescue Committee
  28. Islamic Relief Worldwide
  29. Karuna Center for Peacebuilding
  30. Médecins du Monde
  31. Mercy Corps
  32. Mothers of Abductees Association
  33. Musaala for Human Rights Organization
  34. Mwatana for Human Rights
  35. Norwegian Refugee Council
  36. Observatoire des armements
  37. Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT)
  38. Oxfam
  39. Pax Christi International
  40. Peace and Building Foundation
  41. Peace Direct
  42. Physicians for Human Rights
  43. Première Urgence Internationale
  44. Project on Middle East Democracy
  45. Refugees International
  46. Saferworld
  47. Salam for Yemen
  48. Search for Common Ground
  49. Solidarités International
  50. STAND: The student-led movement to end mass atrocities
  51. Students for Yemen
  52. Tearfund
  53. United Nations Association of the National Capital Area
  54. Watch for Human Rights
  55. Win Without War
  56. Yemen Relief and Reconstruction Foundation
  57. Yemen Solidarity Network
  58. Yemen Civil Alliance for Peacebuilding
  59. Yemeni Alliance Committee

Télécharger le communiqué

دعوة للتضامن

اليمن بحاجة لكم !

 دعوة للتضامن

 صورة أو فيديو لليمن

 بغض النظر عن جنسيتك، أو بلد إقامتك وقناعاتك الدينية أو السياسية شارك بإنسانيتك وانضم معنا  في حركة التضامن الدولية مع شعب اليمن.

 منذ 26 مارس 2015 ، يعيش اليمنيون في خوف وعزلة مستمرة ، وهي ظروف نتشاركها جميعًا فيالوقت الحاضر.

 لقد اصبح اليمنيون ضحايا حرب غير عادلة وحصار قاتل لأكثر من 5 سنوات.

 شاركوا في حملتنا العالمية الهادفة إلى إدانة الحرب والحصار المفروض على كل مواطن في اليمن.

 يمكن لكل شخص التقاط صورة أو مقطع فيديو من منزله أو مكان عمله للتفاعل معنا من خلال بيانقصير أو أغنية أو قصيدة أو حتى رسم.  الفكرة هي إظهار التضامن مع اليمنيين ودعوة جميع الأطرافلإنهاء الحرب وفرض الحصار والعمل معا من أجل إحلال السلام.

 يُرجى استخدام الـهشتقات # التالية ان أمكن

 # اوقفوا_حرب_اليمن

 # اوقفوا_حصار_اليمن

 # اوقفوا_بيع _السلاح

  # السلام_لليمن

#StopWarInYemen
#StopBlockade
#StopArmingWar
#YemenCantWait
#PeaceForYemen
#Yemen

# اوقفوا_الحرب
# اوقفوا_الحصار
# اوقفوا_بيع _السلاح
# السلام_لليمن
#اليمن

#Non_a_la_Guerre
#Non_au_Blocus
#Non_aux_Ventes_d’Armes
#Paix_au_Yémen
#Yémen

See Facebook event

Call for solidarity

Yemen needs you!

Call for solidarity

A picture or a video for Yemen

Regardless of your nationality, your country of residence and your convictions share your humanity and take part in the international solidarity movement with the people of Yemen.

Since 26 March 2015, Yemenis are living under constant fear and isolation, circumstances that we all share nowadays.

Yemenis have been victims of an unfair war and a deadly blockade for more than 5 years.

Take part in our global campaign aiming at condemning the war and the blockade affecting every citizen in Yemen.

Each person can take a picture or a video from their home or workplace to engage with us through a short statement, a song, a poem or even a drawing. The idea is to show solidarity with Yemenis and to call on all parties to end the war, levy the blockade and work together to establish peace.

Please use one of the following # hashtags

#StopWarInYemen
#StopBlockade
#StopArmingWar
#YemenCantWait
#PeaceForYemen
#Yemen

# اوقفوا_الحرب
# اوقفوا_الحصار
# اوقفوا_بيع _السلاح
# السلام_لليمن
#اليمن

#Non_a_la_Guerre
#Non_au_Blocus
#Non_aux_Ventes_d’Armes
#Paix_au_Yémen
#Yémen

See Facebook event

Appel à la solidarité

Une photo ou une vidéo pour le Yémen

Quels que soient votre nationalité, votre pays de résidence et vos convictions faites preuve d’humanité et participez à un élan de solidarité internationale avec le peuple yéménite.

Depuis le 26 mars 2015, les populations civiles yéménites vivent dans la peur et le confinement, des circonstances similaires à celles que nous vivons aujourd’hui, toutes proportions gardées.

Depuis 5 ans, le peuple yéménite est victime d’une guerre injuste et d’un blocus criminel et meurtrier.

Nous vous invitons à participer à cette campagne mondiale pour condamner la guerre, le blocus et les violations du droit international dont est victime le peuple yéménite dans toutes ses composantes.

L’idée est que chaque personne, depuis son lieu de travail ou son domicile, prenne une photo ou une courte séquence de vidéo de lui-même, accompagné d’une illustration, d’un texte, d’un poème ou d’une chanson, pour exprimer sa solidarité avec le peuple yéménite. Joignons nos voix pour appeler à mettre fin à la guerre et au blocus et à œuvrer pour la paix.

Afin de donner de l’ampleur à cette campagne et faciliter son référencement, accompagnez vos publications des # hashtags suivants :

#StopWarInYemen
#StopBlockade
#StopArmingWar
#YemenCantWait
#PeaceForYemen
#Yemen

# اوقفوا_الحرب
# اوقفوا_الحصار
# اوقفوا_بيع _السلاح
# السلام_لليمن
#اليمن

#Non_a_la_Guerre
#Non_au_Blocus
#Non_aux_Ventes_d’Armes
#Paix_au_Yémen
#Yémen

See Facebook event

Choice and print your placard

 

 

 

NON AU CARGO DE LA HONTE À CHERBOURG

Le 6 février 2020, 7 ONG ont déposé un référé pour empêcher le transit du cargo saoudien Bahri Yanbu par le port français de Cherbourg, en raison de sa cargaison d’armes et de celles qu’il viendrait charger à son bord. 

Le cargo Bahri Yanbu, de la compagnie nationale saoudienne de transport maritime, Bahri, doit entrer aujourd’hui dans le port français de Cherbourg. Il transporte à son bord des armes et s’apprêterait à en charger de nouvelles fabriquées dans l’Hexagone. Son simple transit constitue en soi une violation patente des engagements internationaux de la France.

Les ONG Action Sécurité Ethique Républicaines (ASER), Action des Chrétiens pour l’abolition de la Torture (ACAT), Action Contre la Faim (ACF), Médecins du monde (MDM), Salam4Yemen, Sherpa et Stop Fuelling War ont donc déposé un référé pour empêcher le transit du Bahri Yanbu pour violation des articles 2[1] et 6[2] du traité sur le commerce des armes (TCA), signé et ratifié par la France.

Elles appellent également à la mobilisation et au rassemblement à Cherbourg, afin d’empêcher le cargo Bahri Yanbu de transiter par ce port. En protégeant les droits fondamentaux des Yéménites, c’est aussi nos propres droits que nous protégeons.

L’urgence de la situation au Yémen est relevée notamment par le rapport du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) qui estime le nombre de morts à plus de 230 000  fin 2019, dont plus de 140 000 enfants de moins de 5 ans fin 2019[3].

Au moment où un plan de paix des Nations Unies peine à avancer et malgré ces informations connues par le gouvernement français, celui-ci n’a pas cessé ses exportations d’armes vers les pays de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis – dont font principalement partie le Bahreïn, l’Egypte, le Koweït et le Soudan. Cette attitude entraîne un risque majeur de complicité de crimes de guerre pour notre pays[4].

Contacts :

ASER : Benoît Muracciole, +33 (0)7 72 33 40 45

ACAT-France : Barthélemy Dioh, +33 (0)1 40 40 74 10

 

[1] § 2 « les activités de commerce international englobent l’exportation, l’importation,  le transit, le transbordement et le courtage, ci-après dénommées  « transfert » ».  

[2] § 2 «Aucun État Partie ne doit autoriser le transfert d’armes classiques visées par l’article 2 (1) ou de tout autre bien visé par les articles 3 ou 4 qui violerait ses obligations internationales, résultant des accords internationaux pertinents auxquels il est partie, en particulier celles relatives au transfert international ou au trafic illicite d’armes classiques».

[3] http://www.arabstates.undp.org/content/rbas/en/home/library/crisis-response0/assessing-the-impact-of-war-on-development-in-yemen-.html

[4] Articles 16, 40, 41 de la Commission du droit international des Nations Unies décembre 2001.

 

Version pdf :  CP Bahri Yanbu 06 02 2020 VF(2)

 

Ventes d’armes – Lettre ouverte au Premier ministre Edouard Philippe

Ventes d’armes – Lettre ouverte au Premier ministre Edouard Philippe

English version on below

 

Edouard Philippe

Premier Ministre

Hôtel de Matignon

57 rue de Varenne 75007 Paris

Copie à :         Mme Florence Parly, Ministre des Armées

Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

Bruno Lemaire, Ministre de l’Economie et des Finances

 

Paris, le 5 février 2020

 

Monsieur le Premier ministre,

Le cargo saoudien Bahri Yanbu doit arriver jeudi 6 février à Cherbourg, dans le cadre d’une tournée européenne au cours de laquelle il doit également faire escale à Sheerness (Royaume-Uni) et Gênes (Italie), avant de repartir en Egypte et en Arabie saoudite, selon l’armateur.

Le Bahri Yanbu étant connu pour transporter des armes pour le compte exclusif du ministère de la Défense saoudien, engagé dans une intervention armée entachée d’allégations de crimes de guerre au Yémen, nous, représentant·e·s de 17 organisations humanitaires et de défense des droits humains, vous exprimons nos plus vives inquiétudes quant au passage de ce cargo en France.

Nous vous demandons instamment de nous informer sur la nature du matériel devant être chargé sur le Bahri Yanbu à Cherbourg et, dans l’hypothèse où il s’agirait d’armements, de nous indiquer les garanties dont dispose la France que ces derniers ne seront pas utilisés de manière illégale contre des populations civiles yéménites.

Conformément au Traité sur le commerce des armes qu’elle a ratifié, la France, est tenue d’interdire les exportations d’armements dès lors qu’il existe un risque manifeste que ces derniers servent à commettre des crimes de guerre et autres violations graves du droit international humanitaire. Or, malgré les violations systématiques de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis au Yémen et le risque que des équipements français y contribuent, la France poursuit ses transferts d’armes à ces deux pays. Qu’il s’agisse d’attaques aériennes contre des cibles civiles (hôpitaux, écoles, bus scolaires, mariages, funérailles, etc.), ou du blocus aérien et maritime qui asphyxient les populations civiles, ces violations – et celles commises par l’ensemble des parties au conflit – ont été largement documentées par l’ONU et par nos organisations.

La France ne cesse de clamer son attachement au droit international humanitaire et au multilatéralisme, encore réaffirmés le mois dernier par le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Mais en poursuivant ses transferts d’armes à des forces systématiquement abusives, le gouvernement français contredit ses propres engagements et viole ses obligations internationales, comme l’ont pointé les experts de l’ONU dans leur rapport « Yémen. Échec collectif, responsabilité collective », publié le 3 septembre dernier.

En mai dernier, le Bahri Yanbu était déjà venu charger des armes dans toute l’Europe. Face à la mobilisation de la société civile et des syndicats, il avait dû renoncer à faire escale au port du Havre.

Le secret qui entoure son arrivée à Cherbourg, prévue demain, illustre une nouvelle fois l’opacité entourant les exportations d’armes en France.

Depuis 2016, 12 pays européens, dont l’Allemagne, la Belgique, l’Italie et le Royaume-Uni, ont annoncé des mesures visant à suspendre ou à limiter les ventes d’armes à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis en raison des graves violations de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les EAU au Yémen.  Pas la France, qui se contente d’assurer que le mécanisme gouvernemental d’autorisation des transferts d’armement a été renforcé, sans pour autant indiquer en quoi consiste le renforcement des contrôles ni en quoi il permet de garantir que les armes françaises ne sont pas utilisées pour commettre des violations contre les civils au Yémen.

7 Français sur 10 souhaitent que la France suspende ses ventes d’armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis pour leur rôle dans la guerre au Yémen, selon un sondage YouGov réalisé en mars 2019. Et plus de 250 000 personnes ont signé des pétitions demandant la fin des ventes d’armes françaises à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, que certaines de nos organisations ont remises à l’Elysée en novembre dernier.

Dans ce contexte :

  • Nous vous demandons instamment de faire la lumière sur le nouveau passage en France du cargo saoudien Bahri Yanbu et sur la nature de sa cargaison, et le cas échéant de suspendre le chargement.
  • Nous réitérons notre appel à ce que la France cesse ses transferts d’armes à l’Arabie saoudite pour ne pas se rendre complice de graves violations.
  • Nous vous exhortons également à assurer une plus grande transparence dans le commerce des armes, notamment en permettant un contrôle parlementaire effectif, alors que la mission d’information sur le contrôle des exportations d’armement de l’Assemblée nationale s’apprête à présenter ses recommandations.

Nous sommes à votre disposition pour organiser une rencontre dans les jours qui viennent et vous prions d’agréer nos salutations respectueuses.

Organisations signataires :

  1. Action contre la Faim (ACF)
  2. Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT)
  3. Alliance internationale pour la défense des droits et des libertés (AIDL)
  4. Avaaz
  5. Cairo Institute for Human Rights Studies (CIHRS)
  6. Fédération internationale pour les droits humains (FIDH)
  7. Handicap International
  8. Human Rights Watch
  9. Ligue des droits de l’homme
  10. L’Observatoire des armements
  11. Médecins du Monde
  12. Oxfam France
  13. Première Urgence Internationale
  14. Salam For Yemen
  15. Solidarités International
  16. SumofUs
  17. Yemen Solidarity Network

English version on PDF : 2020_02_05 Lettre ONG Yemen Bahri Yanbu ENG

version pdf en français : version PDF

#PasEnMonNom

#PasEnMonNom🔴 Les civils sont les 1ères victimes du conflit au #Yémen. La France doit de toute urgence cesser de vendre des armes aux pays qui bombardent et affament les populations yéménites. Refusons d’être complices ⛔️

Demandez à vos députés d’exiger l’arrêt immédiat des ventes d’armes françaises à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Signez cet appel✍️

Cliquer ici pour accèder à la page de l’appel

 

Yémen/ventes d’armes: 14 ONG dénoncent la convocation par la DGSI de l’ONG ASER

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Yémen/ventes d’armes: 14 ONG dénoncent la convocation par la DGSI de l’ONG ASER

« L’intimidation de représentants de la société civile est une atteinte grave à notre démocratie» – (ONG)

Paris, 27 septembre 2019 – 14 ONG humanitaires et de défense des droits humains dénoncent la convocation par les services de renseignement français du président d’une ONG française demandant un véritable contrôle des ventes d’armes françaises à l’étranger.

Benoît Muracciole, président d’Action Sécurité Ethique Républicaines (ASER), est convoqué par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) le 2 octobre prochain, en raison d’une suspicion « d’avoir commis ou tenté de commettre l’infraction de compromission du secret de défense nationale. »

Des journalistes avaient déjà fait l’objet de convocations similaires par la DGSI, comme Geoffrey Livolsi et Mathias Destal du média d’investigation Disclose, ainsi que Benoît Collombat de la cellule investigation de Radio France en mai dernier, pour avoir publié des notes classées « confidentiel défense » de la Direction du renseignement militaire (DRM).

Celles-ci confirmaient que des équipements militaires français achetés par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont engagés dans la guerre au Yémen, avec un risque majeur d’utilisation dans des attaques illégales contre des populations civiles, ce que nos organisations mettent en lumière depuis déjà plus d’un an.

Benoît Muracciole, Président d’ASER, est inquiété pour avoir utilisé de manière responsable des informations publiques essentielles à une action juridique contre le gouvernement français, informations qui n’ont, en outre, révélé aucune opération militaire française en cours, ni mis aucun personnel français en danger.

Dans leurs référés respectifs contre le chargement des canons Caesar dans le port du Havre, ainsi que dans l’appel du 8 septembre 2019 auprès de la Cour d’Appel du tribunal administratif de Paris, ASER et ACAT-France ont utilisé les documents produits par Disclose et ses partenaires, en accès public sur internet et largement diffusés dans la presse française et internationale, démontrant que le gouvernement français avait connaissance de l’usage des armes françaises dans la guerre au Yémen.

C’est la première fois qu’une ONG est convoquée par la DGSI dans le cadre de cette enquête. Nous nous déclarons totalement solidaires d’ASER et sommes choqués par ce processus indigne de la France, pays des droits de l’Homme: l’intimidation de  représentants de la société civile est une atteinte grave à notre démocratie et ne fera que renforcer notre détermination.

ONG signataires :

  1. ACAT-France
  2. Action contre la Faim
  3. Cairo Institute for Human Rights Studies (CIHRS)
  4. CARE France
  5. Fédération international des droits de l’Homme (FIDH)
  6. Handicap International – Humanity & Inclusion
  7. Ligue des Droits de l’Homme (LDH)
  8. Médecins du Monde
  9. Observatoire des armements
  10. Oxfam France
  11. Salam for Yemen
  12. Sherpa
  13. SumOfUs
  14. Yemen Solidarity Network

Contacts Presse : 

 

to see the open letter :  PDF version

Open letter to the members of the German Federal Security Council

56 German and international organizations demand: No arms exports for the war in Yemen.

Arms export moratorium must be extended

24 million civilians have been suffering for 5 years

to see the open letter :  PDF version