Rassemblement pour le Yémen

A l’occasion de la visite en France du prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohamed Ben Salman, Salam For Yemen organise le dimanche 8 avril et lundi 9 avril prochains deux rassemblements, pour protester contre les bombardements de la coalition saoudienne et l’embargo qui empêche l’acheminement des vivres, des médicaments et des secours humanitaires ainsi que  pour sensibiliser l’opinion publique sur la situation humanitaire catastrophique qui met en danger la vie de millions de victimes civiles.

Le 26 mars 2018 marque la troisième année des opérations de la coalition menée par le royaume d’Arabie Saoudite au Yémen. Trois ans que la guerre ravage le pays le plus pauvre de la Péninsule arabique. Le secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guteres a lancé un appel pour demander la fin de cette guerre absurde qui a déjà causé des milliers de morts et de blessés et provoqué la pire des catastrophes humanitaires du 21ème siècle.

Salam For Yemen vous invite à participer :

Dimanche 8 avril de 16h00 à 18h00 
Lieu : Parvis des Libertés et des Droits de l’Homme,
75016 Paris Métro Trocadéro
Lundi 9 avril 2018 de 17h30  à 19h30
devant l’Ambassade d’Arabie Saoudite
75008 Paris France Métro Courcelles
Lieu de rassemblement : Boulevard de Courcelles angle rue de Courcelles

PRESS RELEASE 15 NGOs appeal to President Macron on the eve of a humanitarian conference on Yemen in Paris

 

PRESS RELEASE

Yemen: France should press Saudi and Emirati allies to minimize harm to hundreds of thousands of civilians in Hodeidah attack

15 NGOs appeal to President Macron on the eve of a humanitarian conference on Yemen in Paris

Paris, 26 June 2018 – 16 humanitarian and human rights organizations today urged Emmanuel Macron and the French government to use all means at their disposal to press their allies, including Saudi Arabia and the United Arab Emirates, to minimize harm to civilians during the attack on Hodeidah city, home to Yemen’s most important port. The international humanitarian conference on Yemen organized in Paris on Wednesday 27 June will be useful only if it contributes to preventing this new humanitarian disaster and improving the protection of civilians across Yemen, say NGOs.

The Saudi and Emirati-led coalition launched an attack on June 13 against Houthis around Hodeidah port, on the west coast of Yemen, through which more than 70% of imports enter the country. Hodeidah is a lifeline for more than 20 million Yemenis who rely on outside aid to survive. UN Special Envoy for Yemen Martin Griffiths warned two months ago that an attack on Hodeidah could “in a single stroke, take peace off the table”. Fighting for port control also poses a disproportionate risk to civilian populations.

Even before the Hodeidah attack, Yemen was facing an unprecedented humanitarian crisis, directly linked to three years of conflict and the warring parties’ restrictions on humanitarian aid and access, including the coalition-imposed sea and air blockade on parts of Yemen under Houthi control. UN humanitarian coordinator for Yemen, Lise Grande, on Friday warned of the threat of a new cholera outbreak due to a possible water system break down in Hodeidah – just months after Yemen grappled with the largest cholera epidemic in modern times with over one million suspected cases.

Thousands of people have already been displaced by recent fighting and the risks to civilians from the Hodeidah offensive are all the more serious given the track record of all parties to the conflict. In three years of war, the coalition forces have repeatedly violated international humanitarian law, using explosive weapons with wide area affect in densely populated areas, bombing schools and hospitals, and blocking aid and access. The Houthi forces they are fighting have also laid antipersonnel landmines, restricted humanitarian access and indiscriminately shelled densely populated areas in Yemen.

France’s willingness to do more to address the crisis in Yemen is welcome. However, several NGOs have recently expressed, in an open letter to President Macron, their concerns about the humanitarian conference on Yemen of 27 June, co-chaired by Saudi Arabia – a party to the conflict –, as a major offensive is under way. The French initiative, now downgraded to a meeting of experts, will be judged on its ability to secure clear commitments from Saudi Arabia and its allies to minimize risks to civilians during the Hodeidah attack and across Yemen, NGOs said today.

The 15 signatory organisations call on France to:

  • Publicly warn of the risks to civilians during an attack on Hodeidah and call on all parties to take immediate steps to provide safe passage to civilians fleeing, allow unimpeded access for aid and commercial imports to the broader population and access by humanitarian agencies, as required by international humanitarian law. 
  • Condemn indiscriminate and disproportionate attacks against civilians by all parties.
  • Suspend French arms transfers to Saudi Arabia and the United Arab Emirates where there is a substantial risk of these arms being used in Yemen to commit or facilitate serious violations of international humanitarian law or international human rights law; and allow for increased parliamentary oversight over arms sales.

The 15 signatory organisations are: ACAT, Alliance internationale pour la défense des droits et des libertés, Amnesty International, Action Contre la Faim, CARE France, Handicap International, Human Rights Watch, Observatoire des Armements, Norwegian refugee Council, Médecins du Monde, Première Urgence Internationale, Saferworld, Salam for Yemen, Save the Children, SumOfUs.

Dr. Jean-François Corty, International Operations Director, Médecins du Monde 

“The blockade of the coalition, which is akin to collective punishment, and the attack on Hodeidah amplify the deterioration of living conditions and access to care for civilians. France must actively pursue a conflict resolution diplomacy to limit the worsening of the humanitarian crisis.” 

Fanny Petitbon, Advocacy Manager, CARE France 

“The port of Hodeidah is the lung of Yemen. It is the entry point for 70% of food, medicine, gas and humanitarian aid. If the port stops working, people will not be able to support themselves for long: the stocks will not last more than two months and the whole country is at risk of asphyxiation. France must use all the levers at its disposal to immediately stop the offensive on the city and support the UN efforts to take control of the port and accelerate the peace process. This is the only way to avoid a humanitarian catastrophe.” 

Jan Egeland, Secretary General of the Norwegian Refugee Council (NRC) 

“More and better aid is urgently needed for millions faced with starvation, disease and deprivation. But only cease-fire and peace talks can end this man-made hemorrhage of human lives. The Paris conference must therefore focus on ending this senseless war. France, the US, UK have earned big money on arms sales to those waging war and we demand they use their influence to push Saudi Arabia and the UAE to the table, just as we demand that Iran use their leverage on Ansar Allah before the conflict escalates beyond hope.” 

Anne Héry, Advocacy Director, Handicap International 

“Bombing civilians in Yemen is a crime, not war. France’s engagement only makes sense if it does not compromise on the protection of civilians and humanitarian access throughout the Yemeni territory.” 

Stéphanie Lord, Hodeidah Field Coordinator, Action Against Hunger (ACF) 

In Hodeidah, our teams support more than 4000 children suffering from acute malnutrition per month on average and complete more than 7,600 medical consultations per month. However, the current military intervention in Hodeidah is leaving hundreds of thousands of women, men and children stranded without any support or access to humanitarian aid. We are extremely worried about not being able to reach people in need as the warring parties advance, leaving civilians caught in the middle.”

Robert Parker, Director of Policy, Saferworld 

“Addressing human suffering in Yemen requires more than humanitarian efforts; it requires building peace. There can be no military solution to the war in Yemen. International actors like France, the UK and the US, must stop material and diplomatic support to the warring parties and focus on an inclusive peace process in which the voices of Yemen’s women, men and young people are heard.”  

Racha Mouawieh, Yemen Researcher for Amnesty International and author of the report “Stranglehold: Coalition and Huthi obstacles compound Yemen’s humanitarian crisis”

“For the last three years, the restrictions imposed by the Saudi-led coalition have prevented Yemenis from obtaining vital products they desperately need. The deadly military offensive carried out by the coalition against Hodeidah will aggravate an already catastrophic situation and endanger millions of civilians. France must stop looking away while Yemen slowly suffocates.” 

Bénédicte Jeannerod, France director, Human Rights Watch 

“The battle of Hodeidah raises huge concerns about its potentially devastating impact on civilians throughout Yemen, already suffering during more than three years of conflict from large-scale violations by all sides, notably the Saudi-led coalition. France and Saudi Arabia have undertaken with great fanfare a humanitarian conference on Yemen. Its usefulness will be judged by its concrete results for civilians: the end of unlawful attacks on civilians, unrestricted access to humanitarian assistance, and ensuring civilians can flee the fighting for safety. France should act consistently with its claimed support for human rights in Yemen, by ending all weapons sales to the Saudis, who have repeatedly violated the laws of war and taken no action against those responsible”.  

Hélène Legeay, Maghreb/Middle East Program Manager, ACAT 

“France is officially expressing its concern over the humanitarian crisis affecting Yemeni civilians, but is proving much more silent with regards to the sale of French weapons that could be used against these same civilians. In contravention of the Arms Trade Treaty and the Military Programming Law, it has still not published its annual reports on its exports of war materials. This silence is more than dubious.” 

Olivier Routeau, Operations Director, Première Urgence Internationale 

“The risk to the civilian population of Hodeidah is now immense. These populations’ access to basic services will be interrupted if the assault continues or in case of attempted encirclement of the city. Drinking water distribution networks are already damaged, in an area where temperatures will soon rise to extreme levels, and cholera will re-emerge seasonally. The urgency to find a diplomatic solution for Hodeidah and its port has never been higher.” 

Tony Fortin, Research Officer, Observatoire des Armements 

“Although there is suspicion of massive French arms involvement in Yemen – including Leclerc tanks in Hodeidah province – the government has still not published its annual report to Parliament on arms sales. In doing so, the State violates its own law since the deadline for the publication of such data is set on June 1st by Law No. 2013-1168 of December 18th, 2013. This reflects a clear delay compared to other European powers (The United Kingdom, Germany, Sweden, the Netherlands) in which Parliaments have access to data on arms contracts and have broad supervisory powers in the matter ” 

Sadek Alsaar, President, Salam For Yemen 

“Beyond the conflict that has killed more than 10,000 people and injured 50,000, the blockade on Yemen is deadlier than the fighting. The attack on the port of Hodeidah, the main point of entry for food and humanitarian aid, is likely to worsen the situation of this country, where 90% of food needs are imported.” 

Eoin Dubsky, Campaign Manager at SumOfUs
“The urgency of the situation in Hodeidah should more than ever convince the French government to respect the Arms Trade Treaty. More than 101,000 people signed the SumOfUs petition calling on President Macron to stop French arms exports to countries involved in the Yemeni conflict. A recent survey conducted by YouGov for SumOfUs indicates that 75% of French people are in favor of suspending these exports, while nearly 70% support greater parliamentary oversight on these issues.”

 

APPEL DE 15 ONG À LA VEILLE D’UNE CONFÉRENCE HUMANITAIRE SUR LE YÉMEN À PARIS

Paris, 26 juin 2018 – 15 organisations humanitaires et de défense des droits humains ont demandé aujourd’hui à Emmanuel Macron et au gouvernement français d’utiliser tous les moyens à leur disposition pour convaincre leurs alliés, notamment l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, de minimiser l’impact sur les civils de l’attaque en cours sur la ville de Hodeidah, qui abrite le plus grand port du Yémen. La conférence internationale humanitaire sur le Yémen organisée à Paris le 27 juin ne sera utile que si elle contribue à prévenir cette nouvelle catastrophe humanitaire et à améliorer la protection des civils sur tout le territoire yéménite, estiment les ONG.

La coalition militaire menée par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis a lancé une offensive le 13 juin contre les rebelles Houthis autour du port de Hodeidah, sur la côte ouest du Yémen, par lequel transitent plus de 70% des importations. Hodeidah est d’une importance vitale pour plus de 22 millions de Yéménites qui dépendent de l’aide extérieure et des importations commerciales pour survivre. L’envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen Martin Griffiths prévenait déjà, il y a deux mois, qu’une attaque sur Hodeidah pourrait « d’un seul coup, anéantir tout espoir de paix ».

Avant même l’attaque de Hodeidah, le Yémen subissait déjà une crise humanitaire sans précédent, en lien direct avec trois ans de conflit et les entraves à l’accès humanitaire imposées par les belligérants, notamment le blocus maritime et aérien imposé par la coalition sur les régions du Yémen sous contrôle Houthi. La coordinatrice humanitaire de l’ONU pour le Yémen, Lise Grande, a alerté vendredi sur la menace d’une nouvelle épidémie de choléra en raison d’un possible effondrement du système de distribution d’eau à Hodeidah – quelques mois à peine après un épisode fulgurant au cours duquel plus d’un million de cas suspectés de choléra avaient été recensés.

L’offensive sur Hodeidah a déjà provoqué le déplacement de plusieurs milliers de personnes et les risques qu’elle fait peser sur les civils sont d’autant plus graves compte tenu du bilan désastreux de toutes les parties au conflit. En trois ans de guerre, les forces de la coalition ont violé à de multiples reprises le droit international humanitaire, notamment en utilisant des armes explosives à large rayon d’impact en zones peuplées, en bombardant des écoles et des hôpitaux et en bloquant l’aide et l’accès. Les forces Houties qu’elles combattent ont également eu recours aux mines antipersonnel, ont entravé l’accès humanitaire et ont lancé des attaques indiscriminées dans des zones densément peuplées.

La volonté de la France de s’investir davantage pour résoudre la crise au Yémen est la bienvenue. Cependant, plusieurs ONG ont exprimé récemment, dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, leurs préoccupations sur la tenue à Paris d’une conférence humanitaire sur le Yémen le 27 juin co-présidée par l’Arabie saoudite, une partie au conflit, alors qu’une offensive majeure est en cours. L’initiative française, dont l’ambition a été revue à la baisse (il s’agit désormais d’une réunion d’experts) sera jugée sur sa capacité à obtenir des engagements clairs de l’Arabie saoudite et de ses alliés pour minimiser les risques pour les populations civiles lors de l’attaque de Hodeidah et dans l’ensemble du pays, estiment les ONG.

Les 15 organisations signataires de cet appel demandent à la France de :

  • Alerter publiquement sur les risques pour les civils lors de l’attaque de Hodeidah et appeler toutes les parties à prendre des mesures immédiates pour fournir un passage sûr et une assistance adéquate aux civils qui fuient les combats, et permettre un accès sans entrave pour l’aide humanitaire et les importations commerciales à l’ensemble de la population et pour les agences humanitaires, comme requis par le droit international humanitaire.
  • Condamner les attaques indiscriminées et disproportionnées contre les civils par toutes les parties
  • Suspendre les transferts d’armes françaises à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis dès lors qu’il existe un risque que ces armes soient utilisées au Yémen pour commettre ou faciliter de sérieuses violations du droit international humanitaire ou de droit international des droits de l’Homme.

L’appel est signé par les organisations suivantes : ACAT, Alliance internationale pour la défense des droits et des libertés, Amnesty International, Action Contre la Faim, CARE France, Handicap International, Human Rights Watch, Observatoire des Armements, Norwegian refugee Council, Médecins du Monde, Première Urgence Internationale, Saferworld, Salam for Yemen, Save the Children, SumOfUs.

Dr. Jean-François Corty, Directeur des Opérations internationales, Médecins du Monde

« Le blocus de la coalition, qui s’apparente à une punition collective, et l’attaque d’Hodeidah accentuent la dégradation des conditions de vie et d’accès aux soins des civils. La France doit activement mener une diplomatie de résolution du conflit pour limiter l’aggravation de la crise humanitaire. »

Fanny Petitbon, Responsable Plaidoyer, CARE France

« Le port d’Hodeidah est le poumon du Yémen. C’est le point d’entrée pour 70% de la nourriture, des médicaments, de l’essence et de l’aide humanitaire. Si le port cesse de fonctionner, les gens ne pourront pas subvenir à leurs besoins très longtemps : les stocks ne tiendront pas plus de deux mois et c’est l’ensemble du pays qui risque l’asphyxie. La France doit utiliser tous les leviers à sa disposition pour stopper immédiatement l’offensive sur la ville et soutenir les efforts onusiens visant à prendre le contrôle du port et accélérer le processus de paix. C’est le seul moyen d’éviter une catastrophe humanitaire. »

Jan Egeland, Secrétaire Général du Norwegian Refugee Council (NRC)

« Une aide plus importante et de meilleure qualité est nécessaire de toute urgence pour des millions de personnes confrontées à la famine, à la maladie et aux privations. Mais seuls un cessez-le-feu et des pourparlers de paix peuvent mettre fin à cette hémorragie de vies humaines causée par l’homme. La conférence de Paris doit donc se concentrer sur la fin de cette guerre insensée. La France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont gagné beaucoup d’argent en vendant des armes aux belligérants et nous demandons qu’ils usent de leur influence pour pousser l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis à la table des négociations, tout comme nous demandons à l’Iran d’utiliser son influence sur Ansar Allah avant le conflit s’aggrave au-delà de toute crainte. »

Anne Héry, Directrice du Plaidoyer

« Les bombardements contre les civils au Yémen sont des crimes, ce n’est pas la guerre. L’engagement de France n’a de sens que si elle n’accepte aucun compromis sur la protection des civils et l’accès humanitaire sur tout le territoire yéménite. »

Stéphanie Lord, Coordinatrice terrain Hodeidah, Action contre la Faim

« A Hodeïda, nos équipes soutiennent plus de 4000 enfants souffrant de malnutrition aiguë par mois en moyenne et réalisent plus de 7 600 consultations médicales par mois. Cependant, l’intervention militaire actuelle à Hodeïda laisse des centaines de milliers de femmes, d’hommes et d’enfants bloqués sans aucun soutien ou accès à l’aide humanitaire. Nous sommes extrêmement inquiets de ne pas pouvoir atteindre les personnes dans le besoin au fur et à mesure que les parties belligérantes avancent, laissant les civils pris au milieu.  »

Robert Parker, Directeur de recherche, Saferworld

« Répondre aux souffrances humaines au Yémen nécessite plus que des efforts humanitaires ; il faut construire la paix. Il n’y a pas de solution militaire à la guerre au Yémen. Les acteurs internationaux comme la France, le Royaume-Uni et les États-Unis doivent cesser d’apporter un soutien matériel et diplomatique aux belligérants et se concentrer sur un processus de paix inclusif dans lequel les voix des femmes, des hommes et des jeunes yéménites sont entendues. »

Racha Mouawieh, chercheuse Yémen d’Amnesty International et auteure du rapport “Stranglehold: Coalition and Huthi obstacles compound Yemen’s humanitarian crisis”

« Depuis trois ans, les restrictions imposées par la coalition menée par l’Arabie saoudite empêchent les Yéménites d’obtenir des produits vitaux dont ils ont désespérément besoin. L’offensive militaire meurtrière menée par la coalition contre Hodeidah aggravera une situation déjà catastrophique et mettra en danger des millions de civils. La France doit cesser de détourner le regard tandis que le Yémen suffoque peu à peu. »

Bénédicte Jeannerod, directrice France, Human Rights Watch

« La bataille d’Hodeidah soulève d’énormes inquiétudes quant à son impact potentiellement dévastateur sur les civils à travers le Yémen, qui souffrent déjà depuis plus de trois ans de de violations massives de toutes les parties, notamment par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite. La France et l’Arabie Saoudite ont organisé en grande pompe une conférence humanitaire sur le Yémen. Son utilité sera jugée par ses résultats concrets pour les civils : la fin des attaques illégales contre les civils, l’accès illimité à l’aide humanitaire et la possibilité pour les civils de fuir les combats pour leur sécurité. La France devrait agir conformément à son soutien affiché aux droits humains au Yémen, en mettant fin à toutes les ventes d’armes aux Saoudiens, qui ont violé à plusieurs reprises le droit de la guerre et n’ont pris aucune mesure contre les responsables de ces violations. »

Hélène Legeay, responsable des programmes Maghreb / Moyen-Orient à l’ACAT

« La France affiche officiellement son inquiétude face à la crise humanitaire qui touché les civils yéménites, mais se révèle beaucoup plus taiseuse pour ce qui a trait aux ventes d’armes françaises qui pourraient être utilisées contre ces mêmes civils. En contravention avec le Traité sur le commerce des armes et la loi de programmation militaire, elle n’a toujours pas publié ses rapports annuels sur ses exportations de matériels de guerre. Ce silence est plus que douteux. »

Olivier Routeau, Directeur des Opérations, Première Urgence Internationale

« Le risque encouru par les populations civiles d’Hodeidah est désormais immense. L’accès de ces populations aux services de base sera interrompu si l’assaut se poursuit ou en cas de tentative d’encerclement de la ville. Les réseaux de distribution d’eau potable sont déjà endommagés, dans une région ou les températures vont atteindre prochainement des niveaux extrêmes, et le cholera refaire son apparition saisonnière. L’urgence à trouver une solution diplomatique pour Hodeidah et son port n’a jamais été plus haute. »

Tony Fortin, Chargé d’études, Observatoire des Armements

« Bien que l’on soupçonne une implication massive d’armements français au Yémen – notamment de chars Leclerc dans la province d’Hodeidah -, le gouvernement n’a toujours pas publié son rapport annuel au Parlement sur les ventes d’armes. Ce faisant, l’Etat viole son propre droit puisque la date limite de publication des données est fixée au 1er juin par la loi n° 2013-1168 du 18 décembre 2013. Cela reflète un retard patent par rapport à d’autres puissances européennes (Royaume-Uni, Allemagne, Suède, Pays-Bas) dans lesquelles le Parlement a accès aux données relatives aux contrats d’armement et dispose d’un pouvoir de contrôle élargi en la matière. »

Sadek Alsaar, Président, Salam For Yemen

« Au-delà du conflit qui a causé plus de 10 000 morts et 50 000 blessés, le blocus qui pèse sur le Yémen est plus meurtrier que les combats. L’attaque contre le port de Hodeidah, principal point d’entrée des denrées alimentaires et de l’aide humanitaire risque encore d’aggraver la situation de ce pays dont 90% des besoins alimentaires sont importés. »

Eoin Dubsky, responsable de campagnes chez SumOfUs

« L’urgence de la situation à Hodeïdah doit plus que jamais pousser le gouvernement français à respecter le Traité sur le commerce des armes. Plus de 101 000 personnes ont signé la pétition de SumOfUs demandant au président Macron de mettre un terme aux exportations d’armes françaises vers les pays impliqués dans le conflit au Yémen. Un récent sondage réalisé par YouGov pour SumOfUs indique 75% des Français sont pour la suspension de ces exportations, tandis que près de 70% sont favorables à un contrôle parlementaire plus accru sur ces questions. »

Media covering of SFY rallies about the ongoing humanitarian crisis in Yemen

SFY dans 28 Minutes @Arte

Mohammed ben Salman, le jeune et novateur prince héritier d’Arabie saoudite, est arrivé dimanche à Paris dans le cadre de sa tournée mondiale. MBS, comme on l’appelle, souhaite convaincre les Occidentaux d’accompagner la modernisation de son royaume, qu’il veut préparer à l’après-pétrole. Une opération séduction qui concerne aujourd’hui le président français Emmanuel Macron, avec qui le prince a dîné hier soir. Mais le charme est loin d’opérer sur les ONG, qui sont nombreuses à raviver le débat sur la vente d’armes entre la France et l’Arabie saoudite, impliquée dans la guerre au Yémen. MBS mérite-t-il les honneurs de la France ?

https://sites.arte.tv/28minutes/fr/aeham-ahmad-macron-doit-il-derouler-le-tapis-rouge-pour-mbs-28minuten

SFY on Democracy Now

Protesters Denounce Saudi Crown Prince’s Visit to Paris & Saudi War in Yemen

In Paris, protesters gathered Sunday to denounce the visit of Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman and the ongoing Saudi-led war in Yemen. The crown prince and French President Emmanuel Macron met for dinner at Paris’s Louvre museum Sunday night, even as Macron is facing increasing pressure to reduce France’s military support for Saudi Arabia and the ongoing war. This is Sadek Alsaar, the head of the group Salam for Yemen, which organized the protest.

Sadek Alsaar: “Halt the bombardment, halt the embargo, which have caused a lot of deaths, notably 10,000 people, a third of which are civilians. More than 63,000 children have died due to the embargo, separate from those deaths by direct bombardment and combat. We are taking advantage of the visit of the crown prince, Mohammed bin Salman, to say, ‘Stop the massacre, stop the embargo upon the Yemenis.’”

https://www.democracynow.org/2018/4/9/headlines/protesters_denounce_saudi_crown_princes_visit_to_paris_saudi_war_in_yemen

SFY & Amnesty International on DW arabic

بن سلمان في فرنسا وسط غضب الحقوقيين بسبب حرب اليمن

لم تخل زيارة الأمير السعودي محمد بن سلمان إلى فرنسا من الجدل، حيث بعثت مجموعة من منظمات حقوق الإنسان برسالة للرئيس الفرنسي إيمانويل ماكرون تحثه على الضغط على الأمير الزائر لوقف العمليات العسكرية في اليمن.

SFY on Euronews arabic

احتج ناشطون حقوقيون يمنيون وفرنسيون الأحد في العاصمة باريس على الزيارة التي يقوم بها ولي العهد السعودي الأمير محمد بن سلمان إلى فرنسا.

وقام حوالي 20 متظاهراً برفع أعلام يمنية بالقرب من برج إيفل واستنكروا دور المملكة العربية السعودية في الصراع القائم في اليمن.

وقالت مجموعة السلام من أجل اليمن إن الحكومة السعودية مسؤولة إلى حد كبير عن القتلى والأزمة الإنسانية التي يشهدها اليمن.

وأشارت نفس المصادر إلى ان الصراع في اليمن خلف أزيد من 10 آلاف قتيل وشرد أكثر من 3 ملايين شخص.

إقرأ أيضا على يورونيوز:

ويتزايد الضغط على الرئيس إيمانويل ماكرون لتقليص الدعم العسكري للمملكة العربية السعودية والإمارات العربية المتحدة اللتين تقودان التحالف الذي يحارب جماعة الحوثين الموالية لإيران والتي تسيطر على معظم شمال اليمن والعاصمة صنعاء.

ويريد المشرعون والجماعات الحقوقية أن يعلق الرئيس الفرنسي مبيعات الأسلحة إلى البلدين.

http://arabic.euronews.com/2018/04/09/yemeni-rights-group-protest-saudi-crown-prince-s-visit-to-paris

SFY on Euronews French

Ils étaient une vingtaine, au pied de la tour Eiffel, à manifester contre la venue en France du prince saoudien, Mohammed Ben Salmane. Certains sont Yéménites, et ils dénoncent la guerre qui se joue chez eux, à travers les rebelles Houthis, entre l’Iran et l’Arabie Saoudite. Ils veulent que le président français cesse de vendre des armes à Ryad, l’un de ses plus gros clients.

Les deux jeunes dirigeants, -le prince héritier a 32 ans- se sont rencontrés en novembre à Ryad. Mais la relation est compliquée entre les capitales. Si celui que l’on surnomme MBS a passé trois semaines aux Etats-Unis, il ne restera que trois jours en France. Des dossiers brûlants seront abordés, mais signe des désaccords sur les sujets qui fâchent, des coopérations ne seront annoncées que dans le domaine culturel.

http://fr.euronews.com/2018/04/09/operation-de-seduction-a-paris-de-mbs-le-prince-heritier-saoudien

SFY on Aljazeera arabic

https://platform.twitter.com/widgets.js

Rassemblement contre la venue du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman à Paris

Nous étions nombreux, rassemblés pour le ⁦#Yémen⁩ le 9 avril 2018 devant l’ambassade Saoudienne à ⁦#Paris⁩‬ pour protester contre les bombardements et l’embargo imposés par la coalition saoudienne, qui exposent les yéménites à la plus grande catastrophe humanitaire du XXI siècle.
Seuls l’arrêt de la guerre et de l’embargo et une solution politique peuvent sauver la vie de millions de Yéménites.

 

 

SFY dans la presse

Three years of hell: Inside Yemen’s civil war

It’s been three years since a Saudi-led coalition stepped into Yemen’s civil war, and what have we got? Yemen is now on the brink of the world’s worst famine. It’s a stark contrast from the abstract game of political chess that is unfolding abroad: The Saudi crown prince is drumming up support in the US, France is blaming Iran for arming Yemen’s Houthi militia, and Iran is blaming Britain for arming the Saudi-led bombing campaign. Meanwhile, there is no headway in the UN peace efforts.

 

Vifs échanges dans l’emission Social Club de Frédéric Taddeï
sur la situation au Yémen : l’Arabie saoudite accusée et le rôle des puissances occidentales mis en lumière.
نقاش حاد عن الوضع في اليمن: حول جرائم المملكة العربية السعودية ودور القوى الغربية.
مرفق رابط الحلقة للاستماع باللغة الفرنسية لمن يهمه الامر .

http://www.europe1.fr/emissions/europe-1-social-club/europe-1-social-club-le-debat-guerre-au-yemen-pourquoi-on-nen-parle-pas-201217-3526658

Europe 1 (@Europe1)
Sadek Al Saar : “Le Yémen, en 1990, a opté pour la démocratie. Donc qu’est-ce qu’ils ont fait en Occident ? Franchement, ils n’ont rien fait, ils n’ont pas aidé le Yémen” #E1SCpic.twitter.com/dHmC4vobei

 

25446216_10215467200333437_7503240915385256067_n

 

UN JOUR DANS LE MONDE

mercredi 6 avril 2016

 Yémen : la guerre dont personne ne parle
demorandok

 

فقرة ” قضية اليوم “: الأوضاع الانسانية في اليمن تدهورت بشكل كبير منذ بداية الازمة اليمنية، حيث وصفت اللجنة الدولية للصليب الأحمر الوضع في اليمن بأنه “كارثي” ويتدهور يوما بعد آخر.

ضيوف الحلقة:

صادق الصعر-رئيس جمعية السلام من اجل اليمن -دبلوماسي سابق-باريس

سلين جريزي-متخصصة في شؤون اليمن-باريس.

لمن يرغب يمكنكم الضغط علي الرابط ادناه لمتابعة النقاش :

22554780_10214920505626411_2344660655921549238_n

Radio #MonteCarlo international #RMCinternational
حول التقرير الأخير للأمم المتحدة عن موضوع ارتكاب التحالف #السعودي جرائم حرب في اليمن وعدم صلاحية حكومة هادي للتحقيق في تلك الجرائم.
نجحنا فيها في جلب المشاركين لتركيز الحديث حول الأزمة الإنسانية الكارثية في #اليمن. والتي يتم تجاهلها باستمرار .

كنت أتمنى ان يتم النقاش مع الجانب السعودي ايضاً ولاكن للأسف السعودية تمنع
على مواطنيها المشاركة لعدم تمكنهم للدفاع عن جرائم حكومتهم ولكي لايطلعون علي هول الكارثة التي سببتها حكومتهم من ناحية ومن ناحية اخري حتي لاتبدوا كطرف في الصراع وتصوير الحرب علي اليمن كأنها حرب اهليه يمنية يمنية ليس للسعودية فيها اي حضور
يمكنكم الاستماع للنقاش بالضغط علي الرابط ادناه

فقرة “قضية اليوم”: إدانة أممية لانتهاكات يمنية..

ضيوف الحلقة:
صادق الصعر رئيس جمعية السلام من اجل اليمن- دبلوماسي سابق -باريس

محمد محمد مهدي المسوري -امين عام مؤسسة البيت القانوني وامين عام نقابة المحامين بصنعاء

ياسر الشافعي – رئيس تحرير موقع يافع نيوز وهو صحافي موال للمجلس الانتقالي في اليمن

http://aod.mc-doualiya.com/mcd/podcast/retour_actu/

Deux ans de guerre au Yémen, deux ans de trop.

Salam For Yemen vous donne rendez-vous le samedi 25 mars à 16h sur le Parvis des Libertés et des Droits de l’Homme – Esplanade du Trocadéro. 

IMG_1191

Credit : Peace and hope for Yemen by yemeni artist Mazher Nizar

English version below


Le 26 mars prochain, cela fera deux ans que le Yémen est en proie aux bombardements indiscriminés de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite. A cela s’ajoutent les victimes innombrables de l’embargo que fait peser la coalition sur le Yémen. En février 2017, Antonio Gutierres, le nouveau Secrétaire Général des Nations Unies tire la sonnette d’alarme : plus de 14 millions de yéménites sont en situation d’insécurité alimentaire et c’est le pays entier qui risque de faire face à une famine sans précédent. Inutile de préciser que l’embargo, encore plus que les combats, est le principal responsable de cette situation car il interdit au Yémen d’importer la nourriture dont il a toujours été dépendant.

Ni les denrées alimentaires, ni les médicaments ne peuvent plus être acheminées car les routes et les ponts ont été détruits, car la coalition impose la fermeture de l’aéroport de Sana’a tandis que les infrastructures portuaires de Hodeidah, principal port d’entrée des marchandises dans le pays sur la Mer Rouge sont hors service. Les yéménites sont ainsi non seulement touchés par les pénuries, mais de plus, pour une très grande majorité d’entre eux ,se trouvent sans aucune ressource. En effet, les usines, les ateliers, les élevages ont été détruits par les bombardement et leurs salariés sont désormais sans emploi. Les salaires des fonctionnaires ne sont plus versés depuis la décision prise, en septembre 2016, par le Gouvernement soutenu par la coalition de déplacer le siège de la banque centrale de Sana’a à Aden.

Depuis le début de l’offensive Saoudienne, le pays de la reine de Saba pleure ses morts causés par les bombardements et les combats, plus de 7 700 selon les Nations Unies. Parmi eux, 1400 enfants. On peut ajouter à ce décompte macabre les 40 000 blessés et les 3 millions de déplacés.

Plus de 19 millions de yéménites ont besoin d’une assistance humanitaire et ils en sont aussi aujourd’hui privés. Selon l’UNICEF, plus de 63 000 enfants sont morts de malnutrition et de manque de soins médicaux. On estime qu’un enfant meurt aujourd’hui au Yémen toutes les dix minutes(1). Cette situation est inacceptable.
Les belligérants se doivent de garantir le plein accès à l’aide humanitaire. Le spectre de la famine plane sur le pays, il est primordial d’empêcher cette catastrophe qui est tout à fait évitable avec l’instauration d’un couloir humanitaire dès aujourd’hui. Permettre à l’aide humanitaire d’entrer dans le pays, faire cesser les bombardements et les attaques contre les infrastructures routières, les ports et les aéroports, c’est possible.
La communauté internationale peut empêcher la famine qui menace près de 20 millions de personnes, elle doit agir et agir vite (2). Nul ne peut ignorer cette catastrophe. Laisser faire, c’est être complice du drame qui se joue en ce moment même.

(1)http://www.unocha.org/top-stories/all-stories/yemen-child-under-age-five-dies-every-10-minutes-preventable-causes-un-human

(2)http://www.unocha.org/top-stories/all-stories/yemen-action-now-can-avert-famine-un-humanitarian-chief

March 26 will mark two years that Yemen has been subject to indiscriminate bombing led by Saudia Arabia and its Coalition. Added to this are the innumerable citizens of Yemen that are currently victim to the embargo and its effects.

In February of this year, Antonio Gutierres, the new Secretary General of the United Nations sounded the alarm: More than 14 million Yemenis are food insecure and the entire country is at risk of suffering an unprecedented famine. It goes without saying that the embargo, even more than the fighting, is the main cause of this situation because the country is now unable to import the food products that it has always been reliant upon.

Neither foodstuffs nor medications can reach their destination because the roads and bridges have been destroyed, the Coalition has closed the Sana’a airport, and the port infrastructure in Hodeidah, the principal port of entry for merchandise for countries along the Red Sea, is out of service. Yemenis are therefore not only touched by shortages, but moreover, for the vast majority of them, they are without any resources at all. Indeed, factories, workshops, and animal husbandry operations have been destroyed by the bombings and their employers left without jobs. Additionally, since a September 2016 decision by the government supported by the Coalition to move the central bank from Sana’a to Aden, government employees are no longer receiving salaries for their work.
Since the beginning of the Saudi offensive, the country that is home to the Queen of Sheba mourns the loss of its citizens by the bombings and fighting; more than 7,700 according to the United Nations. Among them, are 1,400 children. Over 40,000 have been wounded and three million displaced, as the macabre count of those affected continues to rise.

In total, more than 19 million Yemenis are in need of humanitarian assistance. According to UNICEF, more than 63,000 children have died of malnutrition and from a lack of medical supplies. We estimate that a child dies every 10 minutes(1). This situation is unacceptable.

The perpetrators must guarantee access to humanitarian aid. The specter of famine hovers over the country and it is essential to stop this avoidable catastrophe by installing a humanitarian corridor now. Aid must be permitted to enter into the country, bombing must be stopped and attacks on infrastructure, roads, ports and airports must cease in order for this to be possible.
The international community can stop the famine which preys on close to 20 million people, but we must act quickly. No one can ignore this catastrophe. To do so is to be complicit in these tragic events taking place before our very eyes.